Fil de navigation

Mercredi 15 juillet 2009 00:00

Périphérique : le bruit gêne toujours

des riverains

...
photo ce panneau n'est pas actuellement en service aux entrées du périph' nantais. il s'agit d'un montage visant pour l'arpeà mettre en oeuvre des procédures nouvelles de sécurité et des mesures anti-bruit.

Ce panneau n'est pas actuellement en service aux entrées du périph' nantais. Il s'agit d'un montage visant pour l'ARPEà mettre en oeuvre des procédures nouvelles de sécurité et des mesures anti-bruit.

Malgré une baisse du niveau des nuisances sonores, la situation demeure inconfortable selon l'Association de défense des riverains du périphérique, qui réclame notamment le respect strict des limitations de vitesse.
Déjà plus de dix ans de bataille

Voici plus de 10 ans que l'ARPE (Association de défense des riverains du périphérique et des voies extérieures) se bat pour que le niveau des nuisances sonores diminue, mais aussi pour une baisse sensible du nombre d'accidents meurtriers impliquant des poids lourds. Certes, quelques décibels ont été gagnés en 1998 avec une vitesse limitée à 90 km/h, mais pour le président de l'association, Pierre-Yves Sinou, « nous sommes encore loin du compte. J'habite à Bouguenais, à moins de 100 mètres du périphérique, et de jour comme de nuit, le bruit est très pénible, sans compter le trafic aérien au-dessus de nos têtes. »

Bruits de fond

Pierre-Loïc Bourget, le secrétaire de l'ARPE, est plus chanceux, puisqu'il demeure au bourg d'Orvault, dans un quartier calme. « Pourtant, explique-t-il, il arrive que selon les vents nous entendions un bruit de fond désagréable. » « Bruit de fond », c'est précisément le nom donné par l'association à sa publication périodique, dans laquelle le lecteur peut trouver les résultats de rencontres avec les pouvoirs publics, les mesures envisagées ou déjà abouties.

Faire appliquer la limitationà 80 km/h pour les camions

Pierre-Yves Sinou insiste sur la nécessité de faire respecter la limitation de 80 km/h pour les camions. « Tant que les poids lourds, surtout ceux venus de pays d'Europe où la limitation à 80 km/h est inconnue, ignoreront la loi, le bruit va s'amplifier, et les accidents graves, voire mortels, tel celui du 13 mars 2009, se multiplier (OF du 14 mars 2009). Il faut impérativement que cette réglementation soit appliquée... donc bien indiquée. » Partant des panneaux existants, l'ARPE a fait un montage informatique soulignant cette proposition.

L'ARPE préconise aussi d'interdire aux poids lourds de doubler sur le périphérique. Une telle mesure existe déjà sur les contournements de Vannes et Lorient, dans le Morbihan.

Créer de nouveaux talus de terre anti-bruit

Le bureau de l'ARPE travaille à des solutions adaptées, en concertation avec les instances des services publics, mairie, DDE, ou encore Diro (Direction interrégionale des routes de l'ouest), pour que la sécurité et les contraintes auditives soient maîtrisées. « Nous faisons des propositions concrètes, indique Pierre-Loïc Bourget, tels de nouveaux murs anti-bruit, des talus de terre protégeant les riverains, par exemple. »

ARPE : tél. 02 51 70 16 00. Site internet : www.arpe-agglo.com

Ouest-France